2018 mars

Augustin, qui s'entraîne à Sichem en tant qu'entrepreneur agricole écologique, y est depuis trois mois. Outre la culture des légumes, il a appris à prendre soin des poulets, des canards et des poissons. Plus tard, les soins et l'élevage des porcs et des chèvres suivront. Augustin a visité une ferme piscicole plusieurs fois où il a pu prendre part à des cours pratiques. La théorie comprenait comment travailler sur un plan d'affaires. Après sa formation (mi-septembre 2018), il sera déployé à l'école agricole de notre région de Kati.

FERME ECOLE BIO

Janvier 2018

Trois timbres sont nécessaires pour valider l'acte d'achat. Depuis juin 2017 nous multiplions les démarches et maintenant cela a abouti, le troisième timbre est un fait. Cela signifie que nous pouvons commencer.  Nous planterons une haie d'arbres autour du périmètre du terrain à Kati.  Nous pouvons commencer à parler de ce projet et penser aussi au début d'une école agricole.

SEPTEMBRE 2018

Deux personnes ont suivi cette formation. Ils ont passé leurs examens ! Ils ont commencé à travailler aidé par deux autres personnes pour mettre en place l'exploitation de notre terrain à Kati, sous la direction du directeur de Sichem.

#agriculture #afrique #kati #petitbétail #agriculteur

2019

Souvenez-vous d’Augustin qui a été formé en agriculture et en élevage de petit bétail en 2018? Il travaille maintenant sur le terrain que nous avons acheté à Kati en tant qu’entrepreneur agricole à temps-plein depuis la fin de 2018. Il travaille avec deux villageois à temps-plein, un gardien de nuit et parfois des gens supplémentaires sont demandés localement. Le terrain doit être débarrassé de la broussaille. Le labourage exige beaucoup de travail. Il y a beaucoup de pierre et de racines des arbres qui doivent être retirés.  Une clôture avec fil barbelé a été placée pour éviter que le bétail sauvage s'intéresse aux cultures.

L'approvisionnement et le transport sont toujours un défi. Un petit sentier n'est pas particulièrement utile si vous avez besoin d’accès au champ. La route a été élargie pour établir un lien avec la route de sable principale. Maintenant, une moto ou une voiture peut facilement avoir accès avec des marchandises ou des approvisionnements.

Un hangar a été construit pour stocker les outils agricoles. Un puit, qui a été creusé à vingt mètres de profondeur, doit fournir l'irrigation du terrain. Nous prévoyons les premiers semis de gingembre, de manioc et de poivrons en avril lorsque la saison des pluies commence.

Juillet 2019

La récolte du Gombo à Kati a commencé. C'est un légume qui est principalement utilisé dans le régime quotidien comme une sauce. Ici, ils sont coupés en tranches et séchés pour être vendus pendant la saison sèche. Le nom original est Okra. Plus d'informations sur le contenu nutritionnel et les applications de ce légume peuvent être trouvées sur le site Web de Wikipédia.

 

 L'arachide (cacahuètes) a également été récoltée pour la première fois. Celles-ci sont également d'abord séchées et débarrassées de leur pelure. La verdure et les peaux séchées serviront à nourrir les chèvres. Nous avons également acheté un tricycle pour garantir le transport de la récolte.

Février 2020

Le forage d'un puit d'eau a commencé. L'eau sera collectée dans un réservoir en polyester. .

Quand nous avons détecté ses irrégularités, Augustin a disparu. D'autres employés ont mis la tête dans le sable et ont refusé de coopérer. Nous n'abandonnons pas. Une plainte a été déposée auprès des autorités compétentes.

Kossi Guedemekpor a suggéré de nous aider sur base volontaire. 40 ans, père de deux fils, ingénieur civil diplômé. Il travaille comme directeur adjoint au Ministère des infrastructures et des transports.

Mars 2020

Un logement est en cours de construction pour garantir la sécurité du personnel et du site. Les maçons restent sur place et Kossi suit de près les travaux. En attendant, il recherche un entrepreneur agricole qualifié.

Grâce à son travail au ministère, Kossi a la possibilité de se déplacer dans d'autres régions pendant la période Corona



 

OBJECTIF: Le projet offre aux jeunes, dans un environnement sûr, l'opportunité de devenir entrepreneur agricole bio et écologique. Travailler en équipe et obtenir des résultats. Avec le temps, il leur sera demandé de transmettre leurs connaissances à d'autres en leur donnant une formation en agriculture biologique et écologique pour des cultures spécifiques. Cela signifie que les personnes déployées sur le site ont la possibilité de mettre en commun leurs connaissances et de mettre en place, promouvoir et gérer les activités d'une école d'agriculture.

Socialement et économiquement, cela  favorisera le développement individuel et collectif des membres du groupe par le profit qu'ils tireront de la vente de leurs produits pour subvenir à leurs besoins vitaux. Dans le même temps, les habitants de la préfecture et des préfectures voisines ont la possibilité d'acheter des produits biologiques riches en vitamines qui sont de plus en plus demandés.

La fonction éducative est innovante dans la région. Le projet se veut également un centre d'expérimentation où les gens viendront chercher des recettes et des conseils pour le développement de leurs activités agricoles personnelles. Les jeunes ruraux qui souhaitent s'initier à l'agriculture biologique et écologique pourront suivre à l'avenir diverses formations et apprendre les méthodes modernes et écologiques.

Situation: le site est en friche et à l'état sauvage. Il est situé à 5 km des villages les plus proches et il n'y a pas encore d'électricité et d'eau.

 

Lieu: Kati

Mai 2020

La construction du logement est terminée.

Kossi a embauché Emmanuel, un agriculteur de 50 ans, Il a travaillé pour une ONG qui a cessé ses activités depuis quelques années. Il est assisté, dans le cadre d'un contrat d'apprentissage, par Komivi, un jeune homme de 25 ans . Celui-ci a terminé ses études secondaires, mais il n'avait pas de moyens pour poursuivre ses études.

Des activités telles que le déracinement de 2 hectares et le labour ont commencé. Pendant ce temps, des graines ont été plantées

Emmanuel

Komivi

Juin 2020

 Du renfort! Sena, professeur spécialisé dans la culture de la plante Artemisia (anti-paludisme) à Sichem, nous rejoint sur base volontaire. Tous les quinze jours, il se rend à Kati pour guider Emmanuel et Komivi sur la façon de cultiver cette plante qui nécessite une supervision spécifique. Pendant des années, cette activité a été freinée par l'industrie pharmaceutique. Depuis 2018, le feu-vert est donné pour utiliser cette plante comme thé ou digestif pour prévenir et même guérir le paludisme. Covid-19 a donné un coup de pouce supplémentaire ici, et les gens sont maintenant sensibilisés à en consommer, ce qui a considérablement augmenté la demande.

 

Foto: à droite Sena, à gauche Antoine Dzamah, directeur Sichem

Un petit film de promotion Artemisia          http://youtu.be/VIsSyLbzFVY

Juillet 2020

Les semis ont été plantés sous abri

Août 2020

Nous avons demandé à un arpenteur de remesurer les limites du terrain. La limite des trois hectares encore non traités est envahie par la végétation et doit être rebornée clairement.

Il y a aussi une consultation régulière avec les ouvriers comme il se doit.

Septembre 2020

De l'artemisia, des aubergines et des poivrons ont été plantés.

Artemisia va bien.

Les aubergines commencent déjà à mûrir.

Les poivrons, malheureusement, n'ont pas le rendement espéré.

Nous sommes dans une phase de test, dans laquelle nous découvrons quelles cultures prospèrent sur ce sol et quelles cultures ne sont pas rentables.Nous pourrons ajuster notre planification pour l'année prochaine en conséquence

Octobre 2020

La récolte des aubergines… Ceci doit normalement se faire lorsqu'elles sont "blanc comme neige". Nous ne sommes pas parvenus à savoir pourquoi cela n'a pas été fait… Il était donc grand temps que Kathleen arrive au Togo. Nous avons quand-même récolté le tout.  Après un contact de Kathleen avec la Ferme de Sichem, ceux-ci ont racheté la récolte complète. Ils vont en faire, à titre expérimental, une purée qui sera vendue en bocaux stérilisés. Ils pensent que cela intéressera les gens pour la préparation de sauces. Nous avons peut-être découvert un "marché de niche" rentable…

Formation à la Ferme Sichem - Artemisia

C'est ici que Kathleen a suivi un cours sur la culture de l'artemisia, de la préparation du sol au produit final pour le consommateur.

La fondation MAISON DE L'ARTEMISIA a été fondée par Mr Antoine Dzamah, directeur de la Ferme de Sichem et il en est le président. Maintenant que Kathleen a suivi la formation, Embracing Life peut adhérer à la fondation.

Cela procure divers avantages:

  • -Nous produisons selon leurs directives et ils achètent l'entièreté de la récolte
  • -Nous ne devons pas investir dans une infrastructure de traitement
  • -Nous ne devons pas rechercher la clientèle
  • -Nous avons une protection juridique
  • -Nous pouvons nous appuyer sur l'expertise de la Ferme de Sichem qui, depuis 2015 a été     la pionnière de cette culture

La Ferme de Sichem est aussi la seule à organiser des formations et forme ainsi aussi ses concurrents. Nous partageons cette vision qui mets la santé de la population avant les gains financiers.

Ci-joint une photo de 3 élèves de Kpalimé. Leur formation a pour but l'apprentissage de la culture et de fournir ensuite du thé artemisia aux enfants scolarisés afin de prévenir les absences dues à la malaria.

 

Janvier 2021

Grace à notre château-d'eau avec son réservoir de 3000 L nous avons enfin de l'eau courante. Nous avons déjà réalisé une partie des canalisations pour y raccorder nos lances d'arrosage. Cela nous épargne la corvée pénible du va-et-vient avec des arrosoirs. Mais même maintenant nous avons encore du travail pour deux personnes durant une heure, matin et soir!

Novembre 2020 - Traitement de la récolte d'Artmemisia

Nous récoltons l'Artemisia en collaboration avec Ferme Sichem. Couper, sècher. Cela nous donne 18 kg. J'ai peersonellement remplis des sachets de 50gr - 260 stuks. Nous avons vendu 5kg en vrac à notre premier client: un orphelinat! Nous avons déjà vendu 20 sachets et nous en avons donné 60 en consignation. Dans la région de Kati nous avons un travail de sensibilisation vu que cetteplente y est très peu connue.

Le bénéfice est miime, tenant compte des frais élevés facturés par Ferme Sichem, les salaires et autre frais divers. Mais maintenant que j'ai assisté à toute la procédure, nous pourrons trraiter nous même notre prochaine récolte en imprimer nos propre sachets.

Février 2021

Récolte de l'adémin, une plante que les Togolais utilisent dans les sauces. Les femmes ont récoltés les plantes. Nous pouvons avoir trois récoltes par an.

Le lendemain nous étions sur le marché. Une expérience enrichissante! Malheureusement, le rapport côuts/recettes est défavorable.

Formation artémisia: Sena Atikpo, formateur à la Ferme Sichem, organise des cours le dimanche matin tout les quinze jours. Un cycle dure cinq mois. Pour le moment six personnes suivent cette formation.

Nous avons recouvert la terrasse pour disposer d'un endroit confortable pour l'oeganisation de la formation

Nos abeilles ont travaillés! Après seulement quatre mois nous avons 2 litres de miel! Nous ne l'avions pas vu arriver… Mais lors des travaux nous étions piqués chaque fois. Nous abons donc fait appel au vétérinaire. Celui-ci a donc retiré les rayons de miel que nous avons pressés mauellement.  Et voilà notre première production de miel.. au goût inconnu de nous.. si pur...!

Le nombre d'abeilles étant devenu trop grand, nous avons placé une deuxième rûche avec une partie des oeufs de la première. La aussi le bourdonnement va bon train.

Les rayons pressés sont dégustés comme friandise ou servent de pigment pour la coloration d'étoffes ou pour l'élaboration de dessins. Une projet de formation à venir...!